Mot de la Coordinatrice

Spread the love

Mot de la Coordinatrice

                                                                                Chers visiteurs de notre site,

mmemoukouriBienvenue à DUCA aux visiteurs de notre site,

DUCA (Donner Une Chance à l’Avenir) fut d’abord une IDEE et un SOUHAIT : permettre à un certain nombre de jeunes sans formation  et sans emploi de se former et de s’insérer dans la vie professionnelle.

Belle idée que nous nous efforçons de concrétiser depuis 11 ans grâce à :

  • des locaux situés à AKWA dans le centre-ville de Douala et à Souza en zone périphérique (à 30 km de Douala). Je vous engage à consulter le site ainsi que notre compte facebook pour avoir des photos de nos locaux  et terrains.
  • une équipe de 17 personnes impliquées dans tous les aspects de nos activités.
  • Des projets intitulés « Formation professionnelle et socioculturelle pour la jeunesse » que nous menons depuis 2004 grâce à notre partenaire allemand Pain Pour le Monde. Grâce à eux nous pourrons former dans le cadre de notre dernier projet (2015-2019) jusqu’à 170 jeunes femmes et hommes dans de nombreux métiers artisanaux et industriels.

Les jeunes que nous accueillons viennent  généralement de familles nombreuses ou monoparentales et sont des sacrifiés de l’éducation. Leur parcours scolaire ne les a pas menés bien loin et la formation professionnelle à Douala est hors de prix. (= environ 10  fois le salaire minimal (SMIG) qui se situe à CFA 36 370 , soit 55,28 Euros). Ces chiffres vous font comprendre la détresse des familles en difficulté économique quant à l’avenir social et professionnel de leurs enfants…

Le financement de nos projets procure des bourses de formation professionnelle à nos jeunes que nous sélectionnons avec soin sur la base de critères sociaux et économiques bien sûr, mais nous scrutons également les motivations du jeune ainsi que son potentiel. DUCA apporte un appui de tous les instants à ces jeunes en les suivant pas à pas dans leur accession à l’autonomie. Au final ils peuvent choisir de s’orienter vers un emploi salarié ou opter pour l’auto-emploi. Nous les accompagnons quelle que soit l’option.

DUCA c’est aussi donner une CHANCE à ces jeunes d’accéder à l’indépendance, de fonder une famille, de valoriser leurs acquis auprès des leurs, de participer au développement de leur pays en s’insérant chez eux, au Cameroun. Et d’éloigner la tentation de l’exil  aventureux et souvent fatal.

D’origine suisse et depuis 33 ans au Cameroun, j’ai pu voir les choses changer et la jeunesse évoluer. Les jeunes urbains d’aujourd’hui sont tous « connectés » et sensibles aux discours et représentations véhiculées par les médias et vendeurs de rêves internationaux. Nos équipes font un travail intéressant de discussion, d’analyse et de conscientisation autour de ce matraquage. Les débats font partie intégrante de nos formations.

Pour terminer, je dirai un mot de notre centre rural de Souza que je qualifierais d’innovant. Il s’agit d’une tentative de faire vivre à des groupes mixtes de jeunes urbains et villageois une expérience qui marie la tradition rurale (techniques de maraîchage et de petit élevage) , la technologie (cours d’informatique et accès à internet) ainsi que le renforcement de la personne (discipline personnelle,  orientation professionnelle, technique de développement personnel). Après 6 mois de cette expérience, les jeunes optent pour une formation professionnelle urbaine ou rurale financée par DUCA. Les produits de leur labeur (tomates, oignons, poulets) sont utilisés dans le cadre de notre service traiteur et des formations en cuisine à Douala.

En résumé notre jeune  – dans l’idéal – devrait être doté de compétences diverses qui vont du ménage aux technologies modernes, en passant par la cuisine, la création d’un jardin et les travaux de bricolage. Un jeune qui questionne et se remet en question, qui se montre tolérant, curieux,  inventif et qui aime utiliser ses mains autant que sa tête. Un jeune à qui nous aurons donné une chance.