KAMENI FABIOLA

KAMENI FABIOLA

Fabiola revient d’une proximité particulière avec l’élevage des porcs. Un état de fait qui  a provoqué chez la jeune dame l’envie de valoriser la chair porcine. Mais étant sans formation, la jeune s’est référée à l’association DUCA grâce à laquelle elle vient d’achever son apprentissage comme agent de restauration. Fabiola ambitionne de passer encore un peu de temps en stage avant d’explorer l’ambition de se bâtir une réputation dans la cuisson du porc notamment à travers un restaurant qu’elle souhaite ouvrir.

Nguenmy Tata Gisèle

Nguenmy Tata Gisèle

Nguenmy Tata Gisèle est une jeune camerounaise qui entretient une réelle passion pour l’art culinaire. Pendant 5 mois elle a fait confiance à DUCA pour recevoir une formation d’agent de restauration. Au terme d’un parcours couronné par une étape de soutenance de son « Projet d’avenir », la jeune a brillamment exposé et obtenu une moyenne de 16/20. Le jury reconnait à Gisèle un mélange d’audace et de créativité que la pratique du métier peut révéler à un niveau important. Devant le jury, elle a présenté  comme menu principal un filet de poisson sur un lit de salsa, accompagné de frites de pommes en robe des champs. comme entrée elle a proposé  de la salade diététique et en dessert un mélange aromatisé crème/ lait concentré baptisé ‘La douceur laitière ».  Que les lendemains chantent pour Gisèle est notre souhait !

DUCA TIENT SA PREMIERE CUVEE D’AGENTS DE RESTAURATION

DUCA TIENT SA PREMIERE CUVEE D’AGENTS DE RESTAURATION

 L’association « Donner Une Chance à l’Avenir » vient de livrer sa toute première cuvée d’agents de restauration. C’est en effet le vendredi 5 février 2021 qu’a eu lieu dès 12h dans la salle polyvalente de l’organisation la cérémonie des soutenances sanctionnant la fin de formation des 5 jeunes camerounaises ayant sollicité l’expertise de la dynamique équipe des formateurs de DUCA.

Cette cérémonie qui était riche en couleurs et saveurs a laissé les membres du jury et les membres des familles des impétrants apprécier d’une part l’exposé des projets de vie en résonnance avec le métier de la restauration des candidates en lice et d’autre part  la restitution des savoirs culinaires renforcée par la réalisation des  menus présentés.

 Les jeunes ont su proposer des menus d’ici et d’ailleurs avec un zeste d’audace et de créativité. On se souviendra du filet de poisson sur un lit de salsa, accompagné de frites de pommes en robe des champs, de Gisèle Tata, ou encore des crêpes salées farcies aux choux et à la viande hachée, du poulet pané avec sauce tartare de Trinité Joëlle Choubou, ou encore du  Kokè bassa accompagné du manioc cuit à la vapeur de Anna Christel Essougou.

A la grande satisfaction de tous la soutenance a révélé des points d’encouragement, car les notes étaient plutôt bonnes dans l’ensemble, soit 17 et 16 pour les plus fortes.

Il convient de rappeler que la formation des agents de restauration est une innovation qui porte la touche de Madame la Coordinatrice de Duca, une innovation dans la formation qui vise à donner plus de compétences aux jeunes camerounais à s’insérer de manière polyvalente dans l’univers de la restauration. Désormais au terme de la formation un jeune est capable à part de réaliser des plats chauds et froids de faire des réalisations de pâtisserie, mais aussi de maitriser les rudiments essentiels de la gestion de salle, de réception, de bar, de caisse et de stock. Dès le 22 mars 2021 l’équipe des formateurs reprendra la formation avec un nouveau groupe.

NGALLA Evans

NGALLA Evans

Installé à MASSOUMBOU  en juillet 2020 à son propre compte, le jeune Evans  a démarré son projet sur  0,70 hectare de pastèque et tomate. Après avoir beaucoup hésité sur la rentabilité de ce projet lancé en pleine pandémie de la covid19 où les prix des fruits et légumes étaient très bas sur le marché, le jeune, malgré le fait que plusieurs personnes abandonnaient leurs exploitations autour de lui et même ailleurs, ne s’est pas découragé. Il a continué à suivre avec beaucoup d’attention ses parcelles et se disait en lui-même « Je sais que les prix vont remonter». C’est ainsi que, après trois mois de travail intense, le jeune récolte sa première DYNA de pastèque qu’il vend bord champ à 750 000F CFA. Il y a fait encore trois récoltes pouvant encore faire une DYNA. Pour ce qui est de la tomate, il a vendu  au total  90 paniers au prix  moyen de 6 500 F CFA. Après cette campagne très fructueuse, le jeune a  été encore plus galvanisé et n’a qu’un seul désir « Aller de l’avant ». Pour la première campagne de 2021, il envisage mettre sur pied 1 hectare de pastèque.

FOKOUO KEDONSET LAUYIC

FOKOUO KEDONSET LAUYIC

Si malgré son brillant parcours scolaire, le jeune n’a pas pu continuer dans les études, c’est faute de moyens financiers dans sa famille : une formation académique ou professionnelle sérieuse coûte cher à Douala. Pourtant, très déterminé, il cherchait régulièrement de l’embauche  dans les différents chantiers de la ville et se formait sur le tas et dans l’informel en tant que tâcheron. Ces travaux de chantier cependant ne lui procuraient par la formation professionnelle complète dont il rêvait.

C’est alors grâce à un ami de sa sœur qu’il entre en contact avec DUCA qui lui permet aujourd’hui de poursuivre comme souhaité une formation professionnelle en électricité réseau à URTID. Etant déjà un habitué des travaux d’électricité, cette formation l’aidera à avoir plus d’opportunités et facilitera certainement son insertion dans le monde du travail.

Ngo Mbom Jeanne d’Arc

Ngo Mbom Jeanne d’Arc

Endurante peut être l’autre prénom de Jeanne d’Arc qui revient de quatre années d’une formation en couture. Une formation qui s’est déroulée en deux phases, la première à Douala et la seconde à Yaoundé.

 L’apprenante d’alors avait souhaité se perfectionner davantage après les deux années de son apprentissage passées à Douala. Les avantages que lui offrait Yaoundé en termes d’hébergement et de soutien familial  ont vu Jeanne d’Arc poursuivre sans relâche et malgré de multiples difficultés son apprentissage dans la capitale politique du Cameroun.

Après 4 années, la jeune dame est installée à son propre compte et réalise désormais des modèles de tenues à la demande de la clientèle qu’elle tente de fidéliser par son savoir-faire.

Fagnang Valery Donald

Fagnang Valery Donald

Alors que les chemins de l’école classique s’avéraient sans issue pour le jeune Valery Donald, celui-ci a souhaité donner un sens à sa vie par la voie d’une formation professionnelle. C’est ainsi que cet ancien apprenant et boursier de l’association a bénéficié d’un accompagnement financier pour une formation en froid et climatisation, notamment dans un grand centre de formation professionnelle de la ville de Douala.

Au terme de son apprentissage, Valery Donald n’a pas aussitôt trouvé un emploi. Mais comme les moments difficiles révèlent l’ingéniosité des hommes, Valery Donald a opté pour son auto promotion grâce à des prestations d’installation, maintenance des climatiseurs, dépannages des frigos et installation des câbles électriques… qu’il offre à une clientèle qu’il développe grâce à une réputation grandissante. C’est ainsi que ce jeune se fait petit à petit une place sous le ciel de Douala.

RIMIS CHEDJOU

RIMIS CHEDJOU

Il n’y a aucune gêne à dire que Rimis est de l’époque du software : manipuler un appareil photo numérique, être devant un écran d’ordinateur à tripoter des images est une passion que le jeune de 22 ans entretient depuis plusieurs années, cela en partie lié à un environnement familial favorable. 

A cette passion instinctive, le jeune a souhaité apporter un contenu plus utilitaire et structuré, notamment en optant pour une formation professionnelle en infographie.
Sa rencontre avec DUCA fera de lui un boursier bénéficiaire d’une formation en infographie. 

Rimis sera formé pendant une durée d’un an dans un centre de formation professionnel, et  bénéficiera d’un stage au cours duquel il profitera d’un apprentissage des  techniques d’impression.
Depuis environ 2 mois, Rimis a trouvé un emploi dans une entreprise de communication de la ville de Douala où il monte et imprime d’importantes commandes. 

Ngo Batang Virginie Restauratrice grâce à DUCA

Ngo Batang Virginie Restauratrice grâce à DUCA

Ngo Batang Virginie est une restauratrice qualifiée, qui grâce à une formation suivie à DUCA maitrise désormais la préparation de plusieurs plats étrangers et locaux, ainsi que les fondamentaux de la pâtisserie. Au terme d’une formation qui aura duré 6 mois, Virginie a ensuite été placée en stage dans un restaurant de la ville de Douala, 3 mois plus tard, par ses compétences avérées, Virginie est propulsée au rang de chef cuisine. Un bel élan qui sera freiné par la survenue de la Covid-19, un mal resté impitoyable pour le secteur de la restauration qui a vu plusieurs établissements fermer, parmi lesquels celui employant la brave dame. Mais ce triste chapitre n’était qu’une bourrasque qui n’a pas entamé la détermination de Virginie à se faire absolument une place sous le ciel de Douala, car à nouveau, elle vient de trouver un emploi rémunéré.  Même-si la covid n’est pas passée, Virginie a tout de même recouvré sa joie de vivre en faisant ce qu’elle sait faire, la cuisine.

FOTIE MATCHIDA Hazael

FOTIE MATCHIDA Hazael

FOTIE MATCHIDA Hazael, est une jeune camerounaise à la vingtaine sonnée. Après un passage en faculté de génie industriel où elle a fait plomberie, la jeune décide de retourner dans le maquillage professionnel, une vielle passion qu’elle n’a pas pu étouffer et dont la pratique comme amateur s’est déroulée pendant quelques années. Durant celles-ci, la jeune percevait déjà le maquillage comme un métier exigeant et dont la maitrise parfaite passe par une formation professionnelle normée. Mais sans moyens pour accéder à un apprentissage adéquat, la jeune s’est retournée vers l’association DUCA de qui elle bénéficie en ce moment d’un accompagnement financier.

Il faut dire que l’accumulation de l’expérience sur le tas et la curiosité font d’Hazael une apprenante particulièrement appréciée des formateurs de NIKI HEAT BEAUTY STUDIO. Encore quelques semaines de formation et Hazael reviendra sur le marché de l’emploi avec plus de dextérité pour rendre encore plus belles toutes les femmes et pourquoi pas tous les hommes. Let’s wait and see.