Fin au CFPED de la formation de la première promotion des gestionnaires de petites entreprises

Fin au CFPED de la formation de la première promotion des gestionnaires de petites entreprises

Les apprenants de la première promotion des gestionnaires de petites entreprises ont, le jeudi 30 juillet 2020 au Centre de Formation à l’Entrepreneuriat DUCA (CFPED), présenté leurs différents projets incubés pendant 06 six mois de cours intensifs pratiques et théoriques. Ceci à l’occasion de leur soutenance de  fin de formation.

C’est dans une contexte marqué par la pandémie de Corona virus que les jeunes porteurs de projets ont , en présence des membres de leur famille, des encadreurs (formateurs), des membres du jury et des fondateurs du Centre, Monsieur et madame MOUKOURI, démontré leurs aptitudes quant à l’utilisation des outils numériques acquises pendant la formation. Grâce aux modules faisant partie de leur cursus, ils se sont familiarisés avec le social média marketing, ont approfondi leurs connaissances en informatique, ont acquis de l’aisance dans l’expression grâce au développement personnel et ont renforcé leur connaissance de la langue anglaise. Pour terminer le cours d’entreprenariat leur a permis de s’approprier des notions telles que le marché, la cible, le plan d’affaires et bien d’autres

Cette formation vise à renforcer les capacités d’opérationnalisation des porteurs de projets et à les sortir de leur situation de chômeurs pour faire d’eux des jeunes capables de mettre en œuvre une activité génératrice de revenus.

Six projets ont été présentés ce jour :

  1. Projet de redistribution de bouteilles de gaz domestique à domicile dans la ville de Douala
  2. Projet de renforcement des activités d’un atelier de couture : Paradis mode
  3. Projet d’ouverture d’un institut de beauté : Merveille Fashion
  4. Projet d’ouverture d’une agence de communication digitale
  5. Projet de production, conditionnement et vente de savon liquide et gels de douche
  6. Projet de conception, production et distribution des récipients et ustensiles en alliages métalliques

Avant de clôturer la cérémonie, Madame la Coordinatrice a passé un message de félicitations à ces porteurs de projets, les a exhortés à une prise de conscience des réalités de leur nouveau statut d’entrepreneurs  et les a encouragés en leur souhaitant plein succès et beaucoup de courage. 

La fin de la formation classique qui a eu lieu à DUCA durant la semaine

La fin de la formation classique qui a eu lieu à DUCA durant la semaine

La fin de la formation classique qui a eu lieu à DUCA durant la semaine du 13 au 17 juillet 2020 a été riche en activités que l’on peut articuler en trois temps forts.
Dans un premier temps, il s’est agi pour les apprenants de faire face à l’épreuve de soutenance devant un jury qui a eu à apprécier les travaux dans divers domaines à savoir ; l’esthétique, la soudure, l’infographie et la pharmacie.
 Le jury du jour de manière généralement a pu se satisfaire de la maîtrise du choix professionnel opéré par la plus part des 7 apprenants en lice.

Le deuxième temps fort quant à lui était consacré à l’évaluation de la formation, notamment, son impact sur les jeunes finissants. Selon les apprenants(e)s  du groupe 2 phase 6, les changements les plus perceptibles dans leurs vies sont: la bonne organisation, la communication facile, et la prise d’initiative. Et les facteurs qui ont influencé ces changements sont : les encadreurs, le cours de développement personnel, le cours d’éveil aux métiers.

Le troisième et dernier temps fort de la semaine était réservé à la remise des attestations aux récipiendaires. Moment solennel ayant permis de féliciter l’effort constant fourni par chaque jeune engagé sur la route de l’insertion socio-professionnelle, grâce à l’association Donner Une Chance à l’Avenir.

PHOTOS ICI

LE CFPAD LIVRE SA PREMIÈRE CUVEE D’AGRIPREUNEURS GROUPE 1 PHASE 6

LE CFPAD LIVRE SA PREMIÈRE CUVEE D’AGRIPREUNEURS GROUPE 1 PHASE 6

Le vendredi 5 juin 2020 était journée des soutenances au Centre de Formation Professionnelle Agropastoral DUCA de Souza. Le dispositif d’évaluation mise en place était composé d’un représentant du MINEFOP officiant comme président du jury et de deux représentants du MINADER tous membres du même jury. C’est donc devant ces experts que 12 jeunes finalistes ayant reçu une formation théorique et pratique de 6 mois en agriculture ont présenté les conclusions de leurs travaux de rédaction des projets professionnels. À en croire les appréciations du jury et les commentaires du corps des formateurs, nos finalistes du jour ont particulièrement brillé par une remarquable maîtrise individuelle des projets professionnels. Pourtant, il faut le souligner, cette prestation n’était pas gagnée d’avance du fait du coup d’arrêt pendant 2 mois, des activités de l’établissement en raison de la fermeture du centre dans le respect des mesures de riposte contre la COVID 19, mesures édictées par le gouvernement camerounais. 


Nul doute que nos finalistes qui ont fait preuve de résilience et reçu vaillamment leur parchemin de fin de formation sont désormais aptes avec l’appui à l’installation du CFPAD de lancer chacun son projet professionnel. 
Place à présent au démarrage de la formation de la deuxième ague donc le groupe est déjà constitué. 

Cérémonie des soutenances des projets d’avenir du groupe 1 phase 6

Cérémonie des soutenances des projets d’avenir du groupe 1 phase 6

La semaine du 18 au 22 novembre de l’année en cours a été très mouvementée au sein de l’association Donner Une Chance à l’Avenir (DUCA).

Il a été question dès le 20 novembre de la tenue de la cérémonie des soutenances des projets d’avenir du groupe 1 phase 6 formation classique. Les candidats du jour, 3 filles 2 garçons ont exposé à tour de rôle sur des métiers variés à savoir ; la coiffure, l’esthétique, la menuiserie aluminium, et l’électricité industrielle. Si l’on peut se satisfaire du rendement au terme de l’exercice de la maitrise par certains exposants des métiers choisis, chez d’autres en revanche, il a été noté quelques méprises dans le traitement du projet.

Le jeudi 21 novembre a  été consacré à l’évaluation de la formation de base, notamment pour déterminer quels sont les facteurs ayant contribué aux changements positifs chez chaque apprenant(e). Grace à la matrice d’influences, il est à noter que les encadreurs, les cours de développement personnel, et d’éducation à la citoyenneté comme facteurs  ont apporté des changements par la maitrise de la prise de parole en public, l’affirmation par un comportement plus citoyen, et l’ouverture à culture de l’information.

La formation de base qui avait duré 9 semaines, s’est achevée le vendredi 22 novembre 2019 par la remise des attestations de fin de formation. Moment de solennité qui a mobilisé les membres des familles des différents impétrant(e)s. Ne reste plus aux uns et aux autres qu’à entamer  le prochain pas qui conduira à la formation professionnelle, grâce aux bourses offertes par DUCA et son inconditionnel partenaire PplM.

COVID-19 : DUCA ne veut enregistrer aucun cas !

COVID-19 : DUCA ne veut enregistrer aucun cas !

En prélude à la reprise des cours suite à la mesure gouvernementale y afférente, l’association DUCA, après un réaménagement de ses plannings de cours a convié le vendredi 29 mai 2020 à son siège et par vague, les jeunes engagés dans les formations classique, cuisine et entrepreneuriat dans l’optique de permettre aux concernés de s’imprégner du protocole mis en place pour garantir durant les formations, une sécurité au personnel et apprenants.

Ledit protocole fait mention d’une répartition de 04 groupes de 5 apprenants par salle ; la désinfection quotidienne et systématique des téléphones, des semelles des chaussures, des tables des chaises et des mains ; la dotation des masques au personnel et apprenants…

Même si le Covid sévit DUCA tient à vivre !

UNE VISITE SOUS UN AIR DE SATISFACTION ET D'ACCOMPAGNEMENT

UNE VISITE SOUS UN AIR DE SATISFACTION ET D'ACCOMPAGNEMENT

Vendredi, 20 février 2020, le Centre de Formation Professionnelle à l’Entreprenariat Duca (CFPE-DUCA) situé au siège de l’association DUCA à Akwa a connu la visite du Délégué Régionale pour le Littoral du Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (MINEFOP).

Au cours de la brève et riche rencontre de prise de contact, l’administration du centre, à travers un tour du propriétaire s’est donnée pour rôle de présenter l’établissement de formation dans ses différents aspects matériels (salle de cours climatisée, parc informatique, bureaux administratifs). Il a aussi été question de présenter à l’hôte l’ensemble des différents modules composant la formation des jeunes en entrepreneuriat.

Le mot de bienvenue de la Coordinatrice de l’association DUCA, au-delà des civilités rappelait les missions et motivations de la structure, ainsi que, quelques difficultés que rencontrent les bénéficiaires de notre formation. Elle a enfin réaffirmé l’effort permanent du top management de l’établissement de travailler à pérenniser les structures issues de l’association DUCA bien entendu avec le concours de la tutelle administrative.

En concluant les échanges, le Délégué Régional dans sa prise de parole n’a pas hésité à marquer sa satisfaction quant au niveau d’effort fourni par les promoteurs du centre, pour arrimer entre autres l’établissement aux attentes de la tutelle, notamment concernant par la qualité du cadre de la formation et de l’offre de formation présentée. C’est donc logiquement que le visiteur a rassuré l’équipe du CFPE-DUCA d’apporter en temps opportun et avec le concours de sa hiérarchie un accompagnement significatif pour le plus grand bien de la jeunesse Camerounaise.

SOUTENANCE DES FORMATIONS EN RESTAURATION À DUCA

SOUTENANCE DES FORMATIONS EN RESTAURATION À DUCA

SOUTENANCE DES FORMATIONS EN RESTAURATION À DUCA

Le mardi 18 février dernier était une journée consacrée aux soutenances de fin de formation en restauration des jeunes apprenantes ayant passé 6 mois intense d’apprentissage.

Dès 12 h, dans la salle polyvalente de l’association Duca, le décor était planté pour accueillir 5 jeunes femmes constituant la première cuvée de la phase 6 du projet de formation et d’insertion socio-professionnelle. Les candidates soumises à des conditions de restitution des savoirs théoriques, et pratiques du métier de la restauration se sont appuyées à la fois sur leur projet d’avenir et sur un menu concocté par chacune d’elle et offert à l’appréciation technique du jury composé majoritairement d’experts du domaine culinaire.

L’on peut au terme de cet exercice d’environ 2 h, apprécier la maîtrise théorique, mais davantage la maîtrise pratique, avérée des savoirs culinaires de chaque candidate. Une attitude globale dont peuvent se féliciter les membres des familles venus nombreux à cette cérémonie qui s’est achevée sous un air de satisfaction et de convivialité.

Les activités de la composante 2 du projet phase V démarrent officiellement. La conférence de lancement des activités de…

La conférence de lancement des activités de la composante II du projet phase V a eu lieu le mercredi 11 Novembre 2015 dès 14h30 sur la terrasse de l’immeuble abritant le DUCA.

Ils étaient nombreux, tous ceux venus débattre sur le thème de la rencontre : « Femmes et Ignorance de leurs droits ». Il était question au cours des échanges d’informer l’assistance sur les droits essentiels de la femme qu’elle ignore, ce qu’elle doit retenir au sujet de ses droits, les facteurs à l’origine du manque d’information sur ses droits, les effets de son ignorance sur sa vie, sur sa famille et même sur la société.

La conférence démarre avec un jeu de rôle présenté par les apprenant(e)s du DUCA dans lequel, ils mettent en scène une jeune femme totalement ignorante de ses droits, qui se laisse abuser par son époux. Son amie l’aidera à se rendre auprès de juristes censés l’aider à améliorer sa situation. Toutefois, la scène ne donne à une réponse définitive à la situation de la jeune femme et laisse le public en suspens.

Au cours des présentations, Me Mireille Etia, Avocate au barreau du Cameroun, a tout d’abord attiré l’attention de tous sur le fait que l’ignorance des droits concerne les femmes issues de toutes couches et classes sociales. Ensuite, elle s’est appesantie sur la protection de la fortune de la femme en martelant que la femme est copropriétaire des biens de son foyer en cas de communauté des biens dans le cadre du mariage et que l’acte de mariage fait preuve de ceci.   La femme doit aussi connaitre tous les biens de sa communauté et être à même de réclamer ce qui lui revient de droit en cas de divorce.

Quant à lui, M. Félix Siéwé, psychologue, a regroupé les raisons pour lesquelles les femmes ignorent leurs droits dans les facteurs historiques, culturels, sociopolitiques, démographiques, économiques et psychologiques. Les conséquences sur la femme sont d’abord individuelles à travers la mauvaise évaluation de sa personne, une personnalité déstructurée et familiales parce que la femme étant le noyau de la famille, doit être psychologiquement disposée pour maintenir l’équilibre dans sa famille. Il propose donc à la femme une ouverture d’esprit, une préparation émotionnelle à la résistance de la part des hommes, apprendre à vaincre ses peurs, s’affirmer elle-même et se valoriser.

A son tour et pour conclure la partie réservée aux exposés, Me Anne-Marie Njocke de l’Association de Lutte contre les Violences faites aux Femmes (ALVF) propose pour un changement de situation, la sensibilisation des hommes et des femmes, la conscientisation, l’éducation au sujet des droits, la formation, la dénonciation, le combat contre les stéréotypes, la création de plus d’espaces d’écoute, la sanction et la divulgation des cas liés aux abus des droits des femmes et en cas de problèmes, il faut saisir les hôpitaux, la justice, les Affaires sociales, la Promotion de la femme et de la famille, les Associations telles que DUCA, ALVF, ACAFEJ…

C’est avec un jeu de Questions/Réponses houleux que la conférence prend fin et le rendez-vous est pris pour la prochaine conférence qui aura certainement lieu pendant la semaine de la femme.

Les activités de la composante 2 du projet phase V démarrent officiellement. La conférence de lancement des activités de…

La conférence de lancement des activités de la composante II du projet phase V a eu lieu le mercredi 11 Novembre 2015 dès 14h30 sur la terrasse de l’immeuble abritant le DUCA.

Ils étaient nombreux, tous ceux venus débattre sur le thème de la rencontre : « Femmes et Ignorance de leurs droits ». Il était question au cours des échanges d’informer l’assistance sur les droits essentiels de la femme qu’elle ignore, ce qu’elle doit retenir au sujet de ses droits, les facteurs à l’origine du manque d’information sur ses droits, les effets de son ignorance sur sa vie, sur sa famille et même sur la société.

La conférence démarre avec un jeu de rôle présenté par les apprenant(e)s du DUCA dans lequel, ils mettent en scène une jeune femme totalement ignorante de ses droits, qui se laisse abuser par son époux. Son amie l’aidera à se rendre auprès de juristes censés l’aider à améliorer sa situation. Toutefois, la scène ne donne à une réponse définitive à la situation de la jeune femme et laisse le public en suspens.

Au cours des présentations, Me Mireille Etia, Avocate au barreau du Cameroun, a tout d’abord attiré l’attention de tous sur le fait que l’ignorance des droits concerne les femmes issues de toutes couches et classes sociales. Ensuite, elle s’est appesantie sur la protection de la fortune de la femme en martelant que la femme est copropriétaire des biens de son foyer en cas de communauté des biens dans le cadre du mariage et que l’acte de mariage fait preuve de ceci.   La femme doit aussi connaitre tous les biens de sa communauté et être à même de réclamer ce qui lui revient de droit en cas de divorce.

Quant à lui, M. Félix Siéwé, psychologue, a regroupé les raisons pour lesquelles les femmes ignorent leurs droits dans les facteurs historiques, culturels, sociopolitiques, démographiques, économiques et psychologiques. Les conséquences sur la femme sont d’abord individuelles à travers la mauvaise évaluation de sa personne, une personnalité déstructurée et familiales parce que la femme étant le noyau de la famille, doit être psychologiquement disposée pour maintenir l’équilibre dans sa famille. Il propose donc à la femme une ouverture d’esprit, une préparation émotionnelle à la résistance de la part des hommes, apprendre à vaincre ses peurs, s’affirmer elle-même et se valoriser.

A son tour et pour conclure la partie réservée aux exposés, Me Anne-Marie Njocke de l’Association de Lutte contre les Violences faites aux Femmes (ALVF) propose pour un changement de situation, la sensibilisation des hommes et des femmes, la conscientisation, l’éducation au sujet des droits, la formation, la dénonciation, le combat contre les stéréotypes, la création de plus d’espaces d’écoute, la sanction et la divulgation des cas liés aux abus des droits des femmes et en cas de problèmes, il faut saisir les hôpitaux, la justice, les Affaires sociales, la Promotion de la femme et de la famille, les Associations telles que DUCA, ALVF, ACAFEJ…

C’est avec un jeu de Questions/Réponses houleux que la conférence prend fin et le rendez-vous est pris pour la prochaine conférence qui aura certainement lieu pendant la semaine de la femme.

Rencontre préparatoire de la conférence de lancement des activités de la composante ii du projet phase v les principaux acteurs de…

Les principaux acteurs de la conférence de lancement des activités de la composante II du projet Phase V se sont réunis le mercredi 04 novembre 2015 en vue de mettre au clair les différentes articulations de ladite cérémonie dont le thème porte sur : « Femmes et Ignorance de leurs droits. » Il sera donc question pour les avocates Me Etia et Me Njocke d’aborder les questions liées aux droits que les femmes ignorent ou dont elles ont une vague connaissance, ce qu’elles doivent essentiellement savoir au sujet de leurs droits, comment provoquer un changement de situation afin que les femmes soient plus informées au sujet de leurs droits et où trouver de l’aide en cas de problèmes. M. Siewe, psychologue quant à lui, va s’intéresser à l’origine de cette situation d’ignorance de ses droits ainsi que les différentes implications sur la société en général. Le rendez-vous est donc pris pour le 11 novembre 2015 sur la terrasse de l’immeuble abritant le DUCA dès 14h.